dimanche 6 mai 2018

Et oui, c'est comme ça, je m'en fous, tu t'en fous... On s'en fout d'attraper la vérole...



Oh purée !, trois jours sans rien écrire ! Quelle flemme ! 

Mais que voulez-vous, y a rien à dire, enfin pas grand chose si ce n'est de déplorer avec lassitude la vacuité de ce qui se passe en ce moment dans notre pays. Le grand vide, le rien, le calme plat (avant la tempête?). Ce n'est pas comme si nous étions dans une merde noire avec tout plein de chômeurs et deux fois  plus de précaires et de mal logés; non, non, toute l'attention médiatique se tourne sur une bande d'insoumis en mal d'une victoire à la présidentielle, présidentielle qu'ils ont perdu sans vouloir, un an après, le reconnaître. Les gusses, ils nous ont fait la "fête à Macron" à Paris. 40 000 qu'ils étaient, autrement dit rien, à peine la moitié du stade de France, tout juste le parc des princes ! Et les gars osent nous dire que ce fut un succès ! Un "extraordinaire succès" selon Alexis Corbières ! On se frotte les yeux et on se prend à penser mais c'est qui ce connard qui voit un triomphe là où sur 64 millions d'habitants, seuls 40 000 ont pris la peine d'aller manifester en rêvant du Grand Soir et d'une convergence des luttes qui n'aura pas lieu ! Un p'tit 40 000 et ça fait la Une des médias, on croît rêver. Les Insoumis de la France du même nom, aujourd'hui, ils sont à la pêche, ils font barbecue et boivent du rosé quand les commentateurs de BFM s'en gargarisent encore. Rendez-vous compte: ils ont osé faire la fête à Macron, montant en épingle un événement qui n'en est pas un.

Mélenchon, Quattenens, Ruffin, les premiers opposants à Macron, voilà le prix qu'ils ont gagné depuis des mois de la part des médias, les ériger en seuls opposants au pouvoir en place. C'est simple et efficace et ça balance aux oubliettes médiatiques les Républicains, le FN et les autres. Donner de la visibilité à ces cocos, à ces révolutionnaires en peau de lapin et à ces Insoumis, tous détenteurs d'une box et d'un Iphone, c'est étouffer les autres oppositions, celles qui ont un peu plus de jugeote et de raison, celles qui font peur à Macron et ses équipes. Les Insoumis, c'est l'épouvantail dont personne n'a peur, dont personne ne croit un instant qu'ils puissent un jour prendre le pouvoir, démocratiquement s'entend, mais les avoir en Une, c'est ne pas voir les autres. Les médias le savent, Melenchon en jouit et Macron s'en régale. Même en voyage aux antipodes.

Bon, vous me direz, les autres, on ne les entend pas beaucoup. C'est vrai. Encore faudrait-il qu'on leur repasse le mégaphone... Wauquiez a beau donner de la voix (pour qui suit ce qu'il fait ou dit, même si il dit, lui aussi, des conneries), on ne nous donne pas la possibilité de l'écouter. Marine fait son show à Cannes et Nice, c'est à son père qu'on donne la parole. Quant à Dupont-Aignan (très bien ce matin sur LCI), on ne lui accorde que LCI - soit 0,5% d'audience - et on lui met en face un journaleux mal rasé au nom imprononçable qui ne cesse de lui poser des questions sans attendre les réponses.

Je vous le dis les amis, le pays part en couille et on nous casse les oreilles avec ces pseudos sans-culottes. Comment ça le pays part en couille ? Mais regardez, bon Dieu, écoutez, lisez. La censure s'installe tranquillement, sans faire de bruit, sur les réseaux sociaux. On ferme arbitrairement les pages FaceBook et Twitter des Identitaires qui n'ont rien fait d'illégal et on laisse les Black Blocs France s'exprimer et rameuter les troupes. Robert Ménard se fait agresser par des gauchistes, pas un mot aux infos. L'agresseur du jeune Marin se prend à peine 7 ans de réclusion - il n'en fera que 3 ou 4 - quand Marin passera toute sa vie à tenter d'oublier comment il était beau avant; qui pour s'en offusquer ? Les cheminots continuent leur cirque et emmerdent à qui mieux-mieux ceux qui veulent circuler et aller travailler et ces mêmes cheminots osent nous dire que c'est pour notre bien qu'ils nous emmerdent luttent. Les pilotes Air France, privilégiés s'il en est, mettent à genoux leur compagnie; ils osent tout ceux-là: Des salaires annuels à six chiffres et ils osent se plaindre quand, dans les banlieues, on fait miroiter aux d'jeuns au mieux un CDI payé au smic, au pire un contrat d'insertion payé au lance-pierre. Autant aller vendre du shit et foutre le bronx dans la cité, c'est plus festif et certainement plus rémunérateur !

Et la dette, hein, on en parle de la dette ? 2 240 milliards d'euros ! On s'en fout de la dette, on se fout qu'il faille chaque année emprunter des dizaines de milliards pour payer les seuls intérêts de cette même dette. On s'en fout de l'hôpital qui crève la dalle même si Macron promet qu'on ne fera pas d'économies sur la bête (tout en annonçant discrètement qu'il faudra faire 1 milliard d'éconocroques sur la fonction hospitalière). On s'en fout des EPHAD malgré les beaux discours dégoulinant de belles  intentions; en moyenne 2 500 euros le mois à Quai des Brumes, mais qui peut se payer ça ?. On s'en fout des retraités qui rament, mieux, on les remercie de donner un coup de main aux jeunes générations. On s'en fout de taxer les Français; qu'ils payent et qu'ils se taisent. On s'en fout qu'un président de la République, garant de l'intégrité du territoire de la République, refuse de se prononcer sur les velléités indépendantistes néo-calédoniennes. On s'en fout que ce même Président n'ait, malgré ses 37 déplacements à l'international en à peine un an, aucun véritable succès diplomatique à mettre à son actif. On s'en fout des 3 000 migrants qui vivent dans la crasse et la fange à Paris, la preuve, on n'en parle plus. On s'en fout qu'une noiraude grognasse milite pour obtenir des pansements avec une compresse qui ne soit pas blanche. On s'en branle qu'à Aubervilliers le "Salam Alaykoum" ait remplacé le "bonjour, comment ça va". On s'en fout que la Bastille devienne palestinienne. On s'en fout, on s'en fout, on s'en fout, la roue tourne et le temps passe mais nous faisons comme si... comme si rien ne pouvait nous atteindre. Le réveil sera brutal mais comme tous les adeptes de la position horizontale, nous repoussons sans cesse l'heure de se mettre debout.

Et oui, c'est comme ça, on s'en fout, je m'en fous, tu t'en fous, il s'en fout; c'est comme dans la chanson: "On s'en fout d'attraper la vérole, on s'en fout, pourvu qu'on tire son coup".  Le pays part à vau-l'eau mais tout le monde s'en fout sauf ceux qui sont aux manettes et qui jonglent allègrement avec notre lassitude, nos égoïsmes et notre... je m'en foutisme. Ils ont bien raison. Macron a raison: " Le roi te touche et Dieu te guérit" qu'il a dit son porte-parole; tout lui est permis, tout glisse sur lui comme l'eau sur les ailes d'un canard, tout lui est pardonné avant même qu'il n'ait commis la faute qui aurait valu crucifixion à bien d'autres... Alors contentons-nous du soleil qui pointe et du rosé qui coule à flot, la belle saison arrive, celle de tous les dangers puisque nous regardons ailleurs... 


 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

21 commentaires:

  1. Géo

    Sauf erreur c était "la fête au macron"
    Et non point "la guerre au macron".

    À partir de ce constat on peut reprendre l analyse dans le sens inverse et considérer qu'il n y avait pas grand monde pour célébrer le julpitraterre.

    De toute évidence sans vouloir être méchant avec les manifestants qui ont droit de faire le choix de manifester,à quoi sert-il de se rendre à une manifestation pour contester l autorité illégale de quelqu'un si d emblée le programme est annoncé comme une fête?
    Encore une fois,on aimerait comprendre comment certains prétendent s opposer à un prétendu gouvernement dans un contexte festif?
    Encore une vaste fumisterie on se moque de tous ces gens qui manifestent.

    Et encore une fois le macron n est qu'un homme de paille,agir contre ceux qui sont derrière lui serait plus judicieux.Déclarer la guerre ou la fête à un gugusse c est prendre l effet pour la cause.

    Essayant de voir les choses le plus objectivement possible,on peut facilement comprendre que la situation va dégénérer.
    Il sera tôt ou tard obligé de dégager car le tissu social est en train de se décomposer à grande vitesse,il arrivera un moment où la pègre oligarchique ne pourra plus garder le contrôle sur le pays parce que quoique l on fasse,même en réprimant,internant illégalement des gens,assassinant,on ne peut maintenir la cohésion d un système agonisant même en ayant décidé de tout faire pour le sauver,preuve ultime d aveuglement de gens figés dans des dogmes et incapables de s adapter.

    Il chercheront tôt ou tard sûrement un sabre,un militaire ou proche de,pour instaurer une dictature plus féroce derrière laquelle les financeurs se cacheront.
    Ils risquent ainsi de perdre le contrôle de la situation car là il ne s agira pas d un petiot macron mais d une autre pointure.
    Les financeurs se retourneront alors contre leur créature au nom de la démocratie dont ils n ont rien à cirer mais ils subventionneront en catimini une opposition prétendue démocratique qu'ils recommenceront à pervertir par la finance si les peuples restent encore dans un aveuglement facile et complice.
    Celà se passe toujours comme ça d ordinaire en telle situation.

    Bah!On verra bien.

    RépondreSupprimer
  2. "Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde: je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres: ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point; il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et s'il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie.

    Au-dessus de ceux-la s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu'ils ne songent qu'à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur; mais il veut en être l'unique agent et le seul arbitre; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages; que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre?"

    Voici ce qu'écrivait Alexis de Tocqueville en 1840, nous y sommes et force est de constater que nous avons abdiqué notre liberté .

    Le Nain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Nain: Décidément ce Tocqueville était un sacré visionnaire !

      Supprimer
    2. Géo

      Ces "traits nouveaux " du despotisme (et de l être humain) semblent déjà assez anciens non?Ce qui n ôte rien à la valeur de Tocqueville qui en conviendrait certainement.

      "youtube Fr Asselineau paillasson et provocation..."(6')

      Quoique l on pense de lui il dit des choses très justes.
      Le macron:impitoyable avec les faibles et un vrai paillasson devant les puissants.
      Je ne suis pas sûr en revanche que le macron ait quitté la France en ce début mai par simple indifférence méprisante.Ayant lu que Doudou l homme 1er sinistre de Pro-macron était dans le Cher.
      Ils avaient peur.Ils doivent bien rire maintenant et on ne pourrait les blâmer pour ça.
      Parait que le melanchon remet le couvert le 26 mai.Avec sept millions de votants sauf erreur il aurait trouvé assez de monde pour marcher sur les organes centraux les médias et les principaux centres de communication de Paris mais il n en fera rien parce que tout ça n est que mascarade et que le bonhomme n a pas d envergure mais ne veut que conserver ses prébendes.
      Le parti des indécrottables.
      Le parti...d en rire est encore le meilleur parti.

      Quand passée la frontière il ne faudra peut-être pas trop montrer que l on est Français à l heure actuelle.



      Supprimer
  3. Lassitude et je m'en foutisme, c'est vrai. Mais que faire d'autre? La parodie de démocratie qu'on nous a servie et que nous avons acceptée parce que nous confondons démocratie et suffrage universel nous impose un président improbable, qui fait ses petites affaires dans son coin et qui nous affirme impudemment que c'est sur son programme qu'il a été élu. Nous n'avons plus qu'à nous taire, ligotés que nous sommes dans cette dictature molle qui ne pense qu'à abrutir le peuple. Promis: on votera mieux la prochaine fois. Et à chaque prochaine fois, on ne pense qu'à se débarrasser de celui qu'on a quitte à mettre n'importe qui à la place. Hollande après Sarko et Macron après Hollande. Une révolte? Pourquoi? Pour qui?
    De toutes façons, c'est foutu. La France s'islamise, la pollution galope, le climat se dégrade à vitesse grand V, la démographie mondiale explose. Les enfants nés aujourd'hui vivront l'apocalypse. Alors, A quoi bon?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pangloss: tout ce que tu écris est vrai mais pourquoi se satisfaire de ce pessimisme et de cette lassitude ?

      Supprimer
    2. Géo

      À Pangloss

      "Démographie mondiale explose"

      Vu sur vidéo,quand Bill Gates déclare que si les vaccins font leur travail il y aura 15% ou 20% de gens en moins sur la planète.Mais ce ne serait pas suffisant.

      "Que faire d autre?"

      La violence appelle la violence.

      Supprimer
  4. Il y a quand même un truc dont on ne se fout pas c le réchauffement climatique il s sont repartis avec l'été qui arrive.
    Et Trump!Heureusement il y a Trump,et cette tripe de Flamby de nous sortir son petit laÏus chevrotant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zen Aztec: qu'on accorde encore de l'importance à Hollande, voilà qui me sidère !

      Supprimer
  5. marianne ARNAUD7 mai 2018 à 09:41:00

    Je n'ai pas votre sévérité sur la "Fête à Macron", mon cher Corto, car bien que je n'aie rien en commun avec Mélenchon, je suis bien obligée de constater, que tout le samedi on a eu des journalistes qui nous expliquaient qu'il n'y avait personne sur fond d'images de foule au moins joyeuse, si ce n'est en liesse. Et puis, depuis quand prenez-vous en considération les chiffres d'évaluation de la Préfecture de Police auxquels plus personne ne croit, au moins depuis les rassemblements de la Manif Pour Tous ?
    Quant au reste, vous avez raison, c'est parfaitement affligeant et malheureusement on a peine à voir comment tout cela pourra finir car depuis que les Philippe, Darmanin, Le Maire et autres Solère ont déserté les LR pour rallier Macron, il n'y aura plus d'opposition de cette droite avant longtemps ou peut-être jamais.
    Il reste Dupont-Aignan sur le pont de l'opposition, essayant de fédérer les Français qui tiennent encore à leur Nation et qui ne veulent pas se fondre dans le chaudron d'une UE inféodée aux Etats-Unis. Y parviendra-t-il ? L'avenir nous le dira.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. marianne: le chiffre que j'ai retenu n est pas celui de la Préfecture mais du cabinet indépendant qui depuis quelques temps a mis au point une nouvelle façon de compter les manifestants. Il se trouve que ce chiffre correspond à chaque fois, peu ou prou à celui de la préfecture.

      L'opposition de " droite " existe bel et bien et Dupont Aignan l'a bien rappelé hier: les LR, le FN, DLF, les souverainistes, etc... le tout effectivement, c'est de fédérer tout cela et arriver à ce que les medias lui donne la place qu'elle merite

      Supprimer
    2. marianne ARNAUD7 mai 2018 à 14:46:00

      "Il se trouve que ce chiffre correspond à chaque fois peu ou prou à celui de la préfecture." Tiens, comme c'est bizarre, comme c'est étrange !

      Supprimer
  6. Le problème des droitards c’est qu’une grande majorité ne sont que des gôchiards refoulés ou qui s’ignorent. Ils adhèrent aux mêmes utopies et évoluent très à l’aise dans le triangle de Karpman. Les « leaders » qui se disent être des droitards, eux-mêmes des refoulés deviennent inaudibles. Ainsi, les socialauds peuvent tout se permettre (Aff. Ménard). Donc, média, justice, police… ne sont que des détails, c’est vous les pseudo-droitards qui êtes les responsables de cette situation qui se perpétue depuis 81.
    Homo Orcus

    RépondreSupprimer
  7. pourquoi voulez vous que les gens s'intéressent à cette pantalonnade de démocratie , Micron s'est choisi un opposant contre lequel il ne risque rien , Méluche qui ,flatté dans son égo, accepte le role avec joie.A partir de là, on peut amuser la galerie avec la connivence des médias en enfumant le bon peuple à qui on oblitère les infos les plus susceptibles de le faire réagir....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dieter: ce bon peuple commence sérieusement à me les brouter grave !

      Supprimer
    2. Un peu de patience que diable. Ce bon peuple, des gens bien intentionnés
      travaillent à vous le changer pour un populo festif et multicolore prêt à se satisfaire de boulots bas de gamme payés au lance-pierre.

      Supprimer
  8. marianne ARNAUD7 mai 2018 à 12:50:00

    Au moment où on nous explique que Macron ose se servir du sacrifice du colonel Beltrame pour faire honte à "ces gens" qui luttent pour leurs 5 euros d'APL, j'aimerais leur dédier cette chanson qui parle d'eux, le petit peuple de France, que plus personne ne veut voir, mon cher Corto :

    https://www.youtube.com/watch?v=icTX9ywGQw8

    RépondreSupprimer
  9. Un type qui bouffe dans la même gamelle que ses "adversaires" n'est pas un opposant mais un complice à défaut d'être un idiot utile.

    RépondreSupprimer
  10. le mélenchon, choucou des médias voit son petit coup d'état bien relayé par des journalistes complaisants. Pourtant il ne représente pas la plus grande opposition mais on le voit partout, vociférer, brasser de l'air politique.Ce n'est plus une manif, c'est la mélenchon-pride avec ses chars, ses banderoles, ses bobos, ses slogans débiles. Quand à la participation, 40000 crétins c'est beaucoup, mais peu au regard de ce qui était attendu et au vu d'autres raouts du même acabit. C'est pas parce qu'on ouvre plus sa grande gueule qu'on est forcément entendu et compris. Déjà il faudrait comprendre le programme des ces grands agitateurs, moi je n'ai pas compris grand chose.. mélenchon, ne fait que remplir un vide laissé par une classe politique traditionnelle complètement atomisée et rejetée. Enlevez le catholicisme, vous aurez l'islam, c'est le même principe. les français ont besoin d'une idéologie,les esprits étroits se raccrochent à n'importe quoi. Bon lundi à tous Carpe Diem

    RépondreSupprimer
  11. Je n’ai même pas de courage pour commenter, ce pays me désespère.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Fiers d'être Européens